et parce que ce petit texte m'avait touchée il y a de celà une dizaine d'années... Je l'avais repris et illustré pour l'offrir à ma filleule le jour de sa toute première bougie,  lui et un tas d'autres petits textes trouvés au gré de sa première année.

(Note pour plus tard, si d'aventure j'avais un deuxième enfant, c'est un texte, une photo, un poème et autre par jour que je lui offrirais : un pour célébrer chacun des 365 jours de sa nouvelle vie, mais.. on est d'accord, ce sera si d'aventure bla bla bla...)  

Il s'agit donc d'un livre pour enfant. Un illustrateur que j'apprécie particulièrement.Un livre emprunté, et dont j'ai sagement gardé le texte pour faire passer ce joli message.  Tombée dessus par hsard, je l'avais pris à l'époque comme une pensée magique, un signe.. Il faudra que je songe à me l'acheter, maintenant que j'y pense. 

C'est drôle comme parfois ces livres nous parlent à nous et passent comme des histoires sans contours pour le pulic à qui elles se destinent. 

En super-nana-fleur-bleue que je suis, je me suis vue, comme dans les films, être le dépositiaire d'une belle vérité que je transmettais tel un messager, une vérité qui allait littéralement transporter ce petit bout qui venait de naitre. Bref... C'est pas que je me sois trompée mais bon, ces trucs là ça n'a l'air de fonctionner que dans les films.. et dans mon monde à moi.  

(Note pour ma vie d'après : après avoir eu une vie de danseuse, puis une vie d'écrivain, je souhaite avoir une vie de réalisatrice.. pour faire vivre le monde comme je le souhaite et avoir l'illusion d'y croire le temps d'un instant, ce sera de loin ma plus grande liberté!) 

 

Bref, je partage juste pour en garder une trace .. et puis sait-on jamais ce que ce petit texte aura comme effet... (je vous laisse le soin de vous procurer le livre pour lire l'histoire complète et voir les illustrations)

A ma Maman, 

 

sable émouvant

 

Sables émouvants, T. Scotto, Illustrations  E. Battut

Tu sais je crois que le désert est toujours à sa place. Les gens pensent que quand les sables se sont endormis, tout est fini. 

[..]

Mais si le vent éternue, le grand désert change de visage. L'autre jour, je suis allé voir si ton mur de pierre tenais encore debout.  C'est très solide un mur de pierres, je me suis assis dessus et je t'ai attendu.

[...]

Maman dit que tu es parti faire un long voyage, papa dit qu'il ne faut pas pleurer. Mais moi, je ne pleure jamais... sauf si j'ai du sable dans l'oeil, biensûr !

[...]

Tu sais, c'est pas poli de s'en aller sans dire au revoir. Alors comme j'étais en colère contre toi, oui contre toi, j'ai gratté le sable toute la journée, je l'ai poussé pour que ça fasse une montagne encore plus haute que ton mur. J'ai pensé « quand on voit plus les choses, on les oublie ». J'ai presque failli l'enterrer, mais ça m'a fait mal aux doigts.. un peu de sable est entré dans mon œil, c'est juste pour ça que j'ai pleuré! 

[...]

Tu as vu aujourd'hui je suis venu un peu plus tôt, c'est parce que j'avais tout ça à te dire.

Bon il faut que j'y aille maintenant, tu sais il faudrait que tu reviennes vite quand même, parce qu'un jour il sera peut-être trop tard...

Peut-être qu'un jour j'aurai grandi